Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur email

Le fonctionnement du canal de Saint-Martory

Le Canal de Saint-Martory a été construit initialement à des fins agricoles entre 1866 et 1876. D’une longueur de 71 km, il comprend une prise d’eau unique sur la Garonne. Grâce au développement d’un important réseau secondaire (330 km), il constitue aujourd’hui un véritable système hydraulique approvisionnant en eau un secteur situé en rive gauche de la Garonne depuis Saint-Martory jusqu’à Toulouse. L’eau fournie est actuellement destinée à :

– l’irrigation (10 000 ha),

– la production d’eau potable (5 usines à Tournefeuille, Roques sur Garonne, Lherm, Le Fousseret et Cazères pour près de 200 000 habitants),

– le soutien d’étiage des rivières Louge et Touch,

mais aussi :

– la sécurité incendie industrielle (Boussens, Portet sur Garonne et Toulouse),

– l’alimentation de lacs d’agrément (Toulouse Reynerie, Tournefeuille La Ramée, Fonsorbes, Plaisance du Touch, Peyssies …)

et la production d’électricité équivalent aux besoins d’environ 4 400 foyers.

Le Syndicat Mixte de l’Eau et de l’Assainissement Réseau 31 a en charge l’exploitation du canal de Saint-Martory avec le soutien financier du Conseil départemental de la Haute Garonne. Il a décidé en 2010 de réaliser des travaux permettant d’optimiser le transport de l’eau brute par une gestion dynamique du canal de Saint-Martory. En 2020, l’ensemble des actions réalisées a permis :

-une baisse progressive de la prise d’eau en Garonne (autorisée à 10 m3/s au maximal) à partir de 9,3 m3/s en juillet jusqu’à 6,6 m3/s début septembre, soit une économie d’un volume d’environ 5 Mm3 ;

-une réduction des débits des principaux canaux secondaires ;

-une réalimentation consolidée de la Louge et du Touch ;

-une information régulière des irrigants et syndicats d’eau potable.

En termes d’équipement et d’exploitation du canal, Réseau 31 a construit 12 seuils longs ou « becs de canard » pour réduire le temps d’adaptation du canal aux variations de débits ainsi que des mesures supplémentaires de débits sur 10 prises d’eau. La métrologie et la supervision sont également en cours d’optimisation afin de renforcer la gestion en temps réel des débits sur les canaux secondaires.

Afin de poursuivre la réduction des impacts sur la Garonne, Réseau 31 a décidé d’évaluer ces actions d’optimisation, d’étudier le soutien des étiages du Touch et de réaliser un « contrat de canal » permettant d’organiser une priorisation des usages. Enfin une expérimentation de recharge hivernale de nappe phréatique de la Garonne est également prévue afin de soutenir les étiages du fleuve. Toutes ces actions seront portées par Réseau 31 dans le cadre du projet de territoire Garon’Amont avec l’appui du Conseil départemental de la Haute-Garonne.

Découvrez plus en détails  « Réseau 31 » sur leur site internet

Exemple de seuil long construit sur le canal, afin de faciliter la gestion des flux d’eau