Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur email
Le lac d’Oô en Haute Garonne - SMEAG/Didier Taillefer

Un nouveau contrat de coopération pour la Garonne

Dans son avis restitué en octobre 2019, le panel citoyen recommande de négocier un nouvel arbitrage pour les retenues hydroélectriques, permettant l’utilisation de volumes d’eau plus importants pour le soutien d’étiage, sans renoncer à la production d’hydroélectricité, indispensable à la transition énergétique.

C’est chose faite avec un nouveau contrat de coopération pour le soutien d’étiage de la Garonne signé le 1er juillet 2020 par le Syndicat mixte d’étude et d’aménagement de la Garonne (SMEAG), l’Etat, EDF et l’Agence Eau Adour Garonne. Ce contrat prévoit la mobilisation de près de 70 millions de m3 d’eau à partir de 2020, soit 36 % de plus que le contrat précédent.
Les 19 millions de m3 supplémentaires sont mobilisables depuis les retenues d’Izourt, Gnioure, Laparan, Soulcem en Ariège, et du Lac d’Oô en Haute-Garonne (sur le périmètre Garon’Amont), et depuis deux nouvelles retenues dans le Tarn : les Saints-Peyres et la Raviège.

Au-delà de l’augmentation des volumes, le nouveau contrat prévoit aussi l’augmentation des débits. La capacité d’intervention est ainsi doublée au plus fort de l’étiage (jusqu’à 20 m3/s), notamment pour répondre aux besoins lors des pics de prélèvement en eau (eau potable, industries, irrigation des terres agricoles) en période de sécheresse et permettre un bon fonctionnement des milieux aquatiques jusqu’à l’estuaire de la Gironde.

Ce contrat s’inscrit dans le Plan de Gestion des Étiages (PGE) Garonne-Ariège et répond au Plan d’Adaptation au Changement Climatique (PACC) du bassin Adour-Garonne.