Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur email

Le territoire de la Garonne amont, et plus globalement l’ensemble du bassin de la Garonne, a connu un épisode de crue important en ce début d’année 2022

Les effets du changement climatiques induisent l’alternance d’événements extrêmes, où des périodes excessivement pluvieuses succèdent à des périodes excessivement sèches. C’est ainsi que de très fortes précipitations, combinées à la fonte d’une partie du manteau neigeux des Pyrénées, ont générées des inondations sur le bassin amont de la Garonne le 10 janvier 2022.

Ce sont sur les secteurs du Couserans et du Comminges que les cumuls de précipitations ont été les plus importants (supérieur à 150 mm en 36 h). Il en a résulté notamment une montée rapide des rivières du bassin du Salat et de la Garonne Saint-Gaudinoise à des niveaux qui ne s’observent statistiquement qu’une fois tous les cinquante ans. De nombreux dommages sont localement à déplorer : maison inondées, route coupées et endommagées, parcelles agricoles impactées… Durant l’évènement la gestion de crise a été assurée par les pompiers des départements de l’Ariège, de la Haute-Garonne et des Hautes-Pyrénées, qui ont réalisé plusieurs centaines d’interventions, ainsi que les services municipaux et départementaux qui étaient en action pour aider les sinistrés ou pour sécuriser les routes.

De leurs côtés les collectivités en charge de la gestion des cours d’eau et les associations intervenant pour la gestion des zones humides ont entrepris le recensement des conséquences de cette crue : déstabilisations de berges, arbres déracinés et embâcles, disséminations de déchets… Des interventions pourront être réalisées, au cas par cas, pour traiter les désordres constatés. D’un point de vue strictement environnemental, ce type d’épisode apporte également des bénéfices sur le fonctionnement des cours d’eau en régénérant certains milieux (la réactivation de bras morts par exemple). En effet, l’épisode de crue observé, même s’il a été plutôt rare et intense, n’en demeure pas moins un phénomène naturel qui fait parti de la dynamique normal d’un cours d’eau et qui contribue à son bon état écologique.