Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur email

Désimperméabilisons les sols urbains ! : la Région Occitanie lance un appel à projet

Dans le cadre des objectifs de l’Entente pour l’Eau en Adour-Garonne, visant à promouvoir des solutions d’aménagement paysager pour faire face aux enjeux et à l’urgence climatique, la Région Occitanie et l’Agence de l’Eau Adour-Garonne ont lancé un appel à projet le 1er janvier 2022 afin de réduire les effets de l’artificialisation des sols sur le cycle de l’eau. Il a pour objectif de favoriser l’émergence de projets ambitieux permettant une désimperméabilisation des sols urbains, afin de proposer une gestion alternative paysagère des eaux pluviales.

L’Occitanie est en effet l’une des régions les plus consommatrices de surfaces naturelles, agricoles et forestières, avec un étalement urbain majeur. Ce phénomène s’observe également à l’échelle du territoire Garon’Amont où le tissu urbain et semi-urbain recouvrent près de 150 km². Sur ces surfaces, le sol n’assure plus ses fonctionnalités de régulation et de filtration. Ainsi, si elles sont mal gérées les eaux pluviales peuvent occasionner des débordements localisés et des problèmes de qualité. En revanche, si ces volumes retournent dans le sous-sol, elles constitueraient une ressource contribuant à la réduction du déficit en eau durant l’été.

Développer les solutions de recharge de nappe à partir d’eaux pluviales urbaines est également l’un des objectifs du projet de territoire Garon’Amont (Action D.2.2. du programme d’actions). En début d’année, le Conseil départemental de la Haute-Garonne a donc confié au cabinet Eaucea une étude consistant à identifier les secteurs urbains sur lesquels des aménagements pourraient être réalisés pour favoriser l’infiltration d’eau pluviale. Eaucea pourra également apporter son concours aux collectivités qui souhaiteront répondre cet appel à projet « Désimperméabilisons les zones urbaines ». Afin d’informer et de sensibiliser les collectivités compétentes, une réunion sera organisée par le Conseil départemental de la Haute-Garonne en mars prochain.