Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur email

Rétention de l’eau et continuité écologique

Karen Wood (Izaut de l’Hôtel) | 27/05/2019
N°9 | Eau & agriculture, Eau & biodiversité

Question : Comment résoudre le problème contradictoire entre le besoin de retenir l’eau pour en avoir en temps de sécheresse et pour se défendre contre des inondations, et le désir de rétablir la « continuité écologique » le long de toutes les rivières?

Pour retenir l’eau il est proposé de construire des retenues et pour établir la continuité écologique il faut enlever tout obstacle à l’écoulement de l’eau et la circulation des poissons.

La construction des passes aux poissons est un compromis ; l’eau est retenue mais les poissons peuvent monter. En revanche leur construction coûte très cher.
Exemple : les devis pour construire des « aménagements » sur les 18 seuils du Job et du Ger étaient de 100,000 à 200,000 euros chacun.

Proposition : Garder les retenues existantes sur les rivières affluentes de la Garonne.
Regarder ces retenues individuellement. Il y a des cas où la simple restauration du vannage va améliorer les conditions piscicoles (ex : les conditions pour les frayères derrières les seuils seront mieux si les galets ne sont pas colmatés)
Utiliser les fonds plutôt pour finir les travaux d’assainissement dans les villages au bord des rivières; l’impact sur la qualité de l’eau sera plus conséquent.

Les commentaires

Rétention de l’eau et continuité écologique

Vincent Barthe | 12/06/2019

Ces retenues existent depuis des centaines d’années et n’ont jamais constitué un obstacle au développement de la vie aquatique. C’est un patrimoine remarquable, qui constitue des lieux de loisirs et de découverte de la nature pour les enfants et les plus grands. Dilapider de l’argent pour détruire ou pervertir ces lieux avec des équipements en béton, c’est embêtant… Mieux vaudrait garantir la qualité de l’eau comme le promeut la directive eau en évitant le ruissellement des eaux issues des terrains agricoles et mettant en place des systèmes d’assainissement dans les villages qui n’en n’ont pas encore. A Izaut de l’Hotel il suffit de faire un petit test, en versant un colorant alimentaire dans les toilettes de la mairie pour découvrir où se déversent les eaux usées du village… Directement dans le Job.

Réagissez

Pour déposer un commentaire en ligne, vous pouvez remplir ce formulaire. Si vous souhaitez vous exprimer sous un pseudonyme, au nom d’une organisation, ou encore ajouter une pièce jointe à votre message, vous devez créer un compte.