Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur email

L’eau : notre bien commun

Marie-Cécile SEIGLE-VATTE (AGASSAC) | 31/05/2019
N°10 | Eau & agriculture, Eau, industrie & énergie

L’eau est notre bien commun et l’accès à la ressource doit être équitablement partagé entre les différents usagers. Plus d’eau, plus de vie. Un des prochains défis à relever dans la décennie qui vient sera le manque d’eau généré par le dérèglement climatique et la pollution de la ressource. Penser une agriculture économe en eau et en produits chimiques est une nécessité qui s’impose dès aujourd’hui. Encourager un changement des pratiques agricoles et industrielles (tourisme également) pour préserver la santé des humains doit devenir une priorité pour les décideurs publics.

Les commentaires

L’eau du vivant

Bastien Ho | 06/06/2019

La perception de l’eau comme un bien de consommation par les usages domestique, industriel ou agricole a en effet des effets tres néfastes qui peuvent toucher la santé. De surcroît, c’est toute la biodiversité qui en souffre : envasement ou desoxygénation ne permettent plus à la faune de joindre la mer dans de bonnes conditions. L’industrie et l’agriculture doivent adapter leurs pratiques pour ne plus être dépendantes de l’eau des rivières.

L’eau est avant tout un élément vital ( la vie sur la planéte !)

Jean-claude SEGUI | 06/06/2019

A ce titre elle justifie la considération comme un Bien Commun. Les conflits d’intérêts d’usage doivent être gérés, en particulier pour l’eau fluviale, par les collectivités territoriales concernées, afin de satisfaire équitablement l’Intérêt Général ( boisson, irrigation, énergie hydraulique, pêche, navigation,…) associé à la surveillance des écosystèmes concernés .

L’usage de son eau de pluie est possible et gratuit …

Association T EAU T O PHIL | 16/06/2019

L’usage de son eau de pluie est possible et gratuit… Et c’est légal. C’est une simple remarque pour ne pas jouer sur les oppositions villes – campagnes et dire que les villes peuvent aussi changer et améliorer leur pratique. L’eau est un bien commun: OUI ! Mais la préservation de l’Océan au quotidien doit devenir notre intérêt général… y compris sur GARONN AMONT! Adopter une telle démarche avec pragmatisme permet de prendre dès maintenant conscience de nos impacts insignifiants comptabilisés ou non à ce jour et de prendre les décisions sans ambiguïté pour le développement durable… notre développement durable dans le respect de l’aval, sans stigmatiser l’amont.

Réagissez

Pour déposer un commentaire en ligne, vous pouvez remplir ce formulaire. Si vous souhaitez vous exprimer sous un pseudonyme, au nom d’une organisation, ou encore ajouter une pièce jointe à votre message, vous devez créer un compte.