Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur email

Point de vue depuis l’amont, le Pays des Nestes

PETR Pays des Nestes (La Barthe de Neste) | 20/06/2019
N°15 | Eau & agriculture, Eau & biodiversité, Eau, industrie & énergie, Eau, tourisme & développement territorial

Eau et Agriculture

A l’échelle du PETR du Pays des Nestes
Le bassin versant de la Neste a l’avantage d’avoir une eau en bonne qualité et en quantité suffisante pour l’agriculture locale qui en est peu demandeuse. Néanmoins nombreux sont les territoires voisins et les agriculteurs qui dépendent de notre ressource en eau. En effet, actuellement la demande en eau pour l’agriculture est prélevée majoritairement par le canal de la Neste qui le distribue aux rivières de Gascogne en aval.
La Neste est alors déficitaire pour les autres usages en aval de cette prise d’eau notamment d’un point de vue de biodiversité.
Les pratiques culturales évoluent depuis quelques années ayant pour effet d’allonger la période de prélèvement pour l’irrigation. Il est nécessaire de quantifier les besoins en eau de ces nouvelles cultures et de faire le lien avec le changement climatique. La connaissance des surfaces irriguées et la nature des cultures permettraient d’affiner la demande en eau à la ressources disponible.
Le SAGE Neste et Rivières de Gascogne est l’outil qui permettra d’avoir cette vision d’ensemble pour faciliter le consensus entre les différents usages de l’eau.

A l’échelle de Garonne Amont
La gestion quantitative de l’eau doit être analysée non seulement au niveau de chaque usage mais aussi au niveau de la disponibilité de la ressource en eau.

Cette disponibilité pendant les périodes d’étiages est limitée et doit être optimisée aussi bien de la source qu’aux usagers. Il est impératif de pouvoir disposer d’outils d’économie d’eau pour les agriculteurs (variétés moins exigeantes en eau, paillages, goutte à goutte,….) et d’avoir une vision d’ensemble pour pouvoir anticiper les besoins de chacun. Un accompagnement des agriculteurs dans cette démarche est nécessaire.

Eau et Biodiversité
A l’échelle du PETR du Pays des Nestes
Sur notre territoire, la Neste est très impactée par les variations de débits tout au long de son cours et de l’année. La prise d’eau du canal de la Neste affecte de manière significative les débits en aval et par conséquent l’hydromorphologie du cours d’eau et la biodiversité.
Sur la population piscicole, une baisse des effectifs et des difficultés de recrutements des individus est constatée sur tout le linéaire d’autant plus à l’aval de la prise d’eau du canal de la Neste. Le manque d’eau limite l’autocurage naturel du cours d’eau après un épisode de crue ce qui provoque le colmatage des frayères.

Par ailleurs, ce manque d’eau a tendance à abaisser la nappe alluviale et à diminuer aussi les espèces floristiques inféodés au milieu aquatique au profit des espèces envahissantes. A noter que la Neste est classée en Natura 2000 sur tout son linéaire et doit être préservée.
Une évaluation de l’impact des débits sur les espèces inféodées au milieu aquatique est nécessaire.

A l’échelle de Garonne Amont
La Garonne est aussi intégrée au même site Natura 2000 que la Neste et doit être préservée au même titre.

La qualité et la quantité de l’eau est une garantie du maintien de la biodiversité.

Eau, industrie et énergie
L’hydroélectricité est une activité importante sur notre territoire ayant un impact sur l’artificialisation des débits. Elle tend à se développer avec les politiques sur les énergies renouvelables mais doit prendre en compte les impacts environnementaux comme la continuité écologique. Une commission locale d’information existe sur le territoire pour coordonner les opérations de transparence des ouvrages permettant la continuité sédimentaire.

Les réserves d’eau issues de cette activité sont utilisées aussi pour le soutien d’étiage. Une optimisation de la gestion de ces réserves permettrait de favoriser un débit plus régulier.

Eau, tourisme et développement territorial
A l’échelle du PETR du Pays des Nestes
Malgré une eau de qualité sur la Neste, il est indispensable d’anticiper les moyens de traitements de l’eau face aux activités touristiques et au développement territorial. Le PLUi Aure-Louron en cours d’élaboration sur notre territoire doit aussi répondre à ces enjeux.
Sur un territoire montagnard comme le notre, le développement territorial est très contraint notamment vis-à-vis des risques autour de l’eau (inondation, crue torrentielle, avalanches,….).

En tant que territoire source pour les rivières de Gascogne et la Garonne et compte tenu du déficit quantitatif d’eau à l’aval de la prise d’eau du canal, il est indispensable d’anticiper et d’intégrer cet élément dans l’aménagement du territoire car la ressource en eau tend à diminuer mais les demandes sont en augmentation.

A l’échelle Garonne Amont
Les besoins en eau de l’agglomération toulousaine doivent nécessiter l’optimisation de toutes les ressources. De plus, les installations d’épuration des eaux domestiques devront se moderniser afin de prendre en compte les substances ayant un effet néfaste sur l’environnement et son vivant.
Pour garantir une quantité d’eau sur l’ensemble du territoire, l’aménagement du territoire doit se faire en maintenant les réservoirs d’eau naturelle existants (zones humides, nappes souterraines,…), en maintenant leur fonctionnalité et en favorisant leur création via le principe « éviter, réduire, compenser ».

La rivière reste l’exutoire de tous les rejets domestiques, industriels et agricoles et nous devons garantir le minimum d’impact sur la qualité de l’eau après ces rejets et sur le long terme.

Réagissez

Pour déposer un commentaire en ligne, vous pouvez remplir ce formulaire. Si vous souhaitez vous exprimer sous un pseudonyme, au nom d’une organisation, ou encore ajouter une pièce jointe à votre message, vous devez créer un compte.